Atelier de terrain 2017 Grand-Est Autonomie azotée

Atelier agronomique de terrain "vers l’autonomie azotée des exploitations en grandes cultures" 

Mercredi 26 avril 2017 dans les Ardennes à Houdilcourt

 

L’Association Française d’Agronomie en lien avec la Chambre Régionale d’Agriculture Grand Est  organise un atelier agronomique centré sur les moyens mis en œuvre par un groupe d’agriculteurs de champagne pour diminuer la part de l’azote minéral dans leurs systèmes. Cet atelier s’appuie sur le programme Auto’N conduit par la Chambre Régionale en lien avec Agro-Transfert Ressources et Territoires. Les choix « techniques »  ont été élaborés par le groupe d’agriculteurs à partir de la méthode COPERNIC et mis en œuvre dans leurs exploitations.


Vous êtes convié à cet atelier le mercredi 26 avril 2017 de 9h à 17h (accueil à partir de 8h30) sur l’exploitation de M. et Mme Brodeur  11 rue principale 08190 Houdilcourt (20 km au nord de Reims)

 

Inscription avant le 10 avril auprès de : Dolorès Geoffroy Chambre Régionale d’Agriculture

 d.geoffroy@champagrica.fr 0326655816

 

Télécharger le programme

 

Cet atelier, à l'initiative de Gérard Cattin, membre de l’Afa, se déroulera en deux parties :

 

 Le matin sur l’exploitation avec une description du système, des pratiques et des objectifs de l’agriculteur. Ensuite visite des parcelles notamment   l’agroforesterie et commentaires de  profils de sol par Hubert Boizard (Inra). Cette matinée doit être l’occasion d’échanges et de questionnements sur les moyens mis (ou à mettre) en place pour atteindre les objectifs de réduction de l’azote minéral dans le système.

 L’après midi en salle avec deux intervenants :

 - Intervention de Raymond Reau (Inra) sur les ateliers de  conception et l’accompagnement des agriculteurs innovants.  Réaction des agriculteurs  ayant participé aux ateliers de conception.

 - Présentation par Marie Hélène Jeuffroy (Directrice de recherche Inra) sur le rôle et la place des légumineuses dans le système de culture (synthèse du colloque sur les légumineuses) et sur une nouvelle méthode de pilotage de la fertilisation du blé (thèse de Clémence Ravier)

 

Le lieu

Actuellement Stéphane Brodeur exploite 230 ha  dans les Ardennes sur deux sites, il travaille avec son épouse et un salarié. Installé en 2003 sur une centaine d’hectares avec un assolement classique champenois (betteraves, blé, orge d’hiver, luzerne…). En parallèle de l’augmentation de sa surface, il a diversifié son assolement en augmentant l’orge de printemps, le colza  et en introduisant de nouvelles cultures : triticale, chanvre, miscanthus, tournesol, avoine et petit épeautre.

La particularité de son système tient à la présence de 50 ha sur un bassin de captage, surface engagée dans une MAE réduction d’intrants ; à une conversion de 82 ha  en agriculture biologique et à 5.5 ha qui viennent d’être plantés en agroforesterie.

M et Mme Brodeur sont impliqués dans la vie sociale. Mme Brodeur est membre du conseil municipal, présidente du syndicat des eaux et entre 2006 et 2011 elle a été très engagée dans l’organisation du festival éco-citoyen qui au travers d’artistes contemporains traitait de sujets environnementaux : l’eau, l’arbre… M Brodeur quant à lui bénéficie d’une expérience professionnelle hors de l’exploitation. Il a participé à la création  du Geda du Rethelois et en a été le vice président. Aujourd’hui engagé dans le programme Auto’N (programme régional de réduction de la part de l’azote minéral dans les systèmes de culture).